Innovation Hub Canada

CANADA

FCM RECYCLING

LANDFILLS ARE NO PLACE FOR END-OF-LIFE ELECTRONICS

Management team Picture

(L-R): Valérie Cherrier – Controller, Nicka Lavallée – HR Director, Andrew Rubin – President, Mark Busgang – COO and Gilles Marcotte – VP Sales & Marketing.

Whatever happened to that old TV or computer you left by the side of the road? Assuming your laptop’s hard drive doesn’t find its way to a faraway country along with your precious data, it’s destination: landfill.

But there are smarter alternatives: FCM offers recycling and data destruction services for businesses, corporations and institutions. Eco-centres or FCM return to retail locations is where you can bring your discarded electronic equipment and know it will be disposed of properly. That’s where FCM Recycling comes in, one of Canada’s premier R2 certified recycler of e-waste — from computers and TVs, to telecommunication devices and electronic games, to medical and diagnostic equipment.

The company’s president, 35-year-old Andrew Rubin, is a member of the Young Presidents Organization who started his career as a hedge fund analyst and an investment banker in Europe and the U.S. Rubin bought FCM Recycling in 2010, converting it from a ferrous and non-ferrous recycler to a fully certified, specialized processor of e-waste.

DATA TO DUST
With operations in four provinces including two plants in Lavaltrie, Quebec, FCM Recycling stands out from the competition in two ways. One is the fact that FCM does not engage in refurbishment. “We destroy end-of-life electronics efficiently and ethically,” says Rubin, “which means customer data is 100% secure.” FCM’s massive shredding lines—complete with magnets, eddy currents and induction sorting systems—are in and of themselves a beauty to behold. At the end of the day, a whopping 99.2% of recycled materials are kept out of landfills.

AVERTING THE PLASTIC APOCALYSE
From the miracle product it was back in the 1960s, plastic is now littering our landscapes, stuffing our landfills, and defiling our oceans. Which brings us to the second differentiator that sets FCM Recycling apart: in 2016, the company became the first Canadian e-waste recycler to also operate a plastics recycling facility. FCM Polymers converts HIPS (high-impact polystyrene) and ABS (acrylonitrile-butadiene-styrene) generated through the FCM e-waste recycling process, cleans it, pelletizes it and puts it back into the material stream right here in North America.

CLOSING THE LOOP
While finding uses and outlets for e-waste remains a challenge for recyclers, so is citizen indifference. At best, only about half of the e-waste generated in Canada is recycled professionally. But younger generations seem to be catching on. Recycling is slowly making its way into the collective consciousness. In this case, what’s good for the planet is also good for business.

Man holding a computer monitor at a recycling center
BlueOak-Circuits

Qu’est-il advenu du vieil ordinateur ou téléviseur que vous avez abandonné sur le bord du trottoir? À moins qu’il ne finisse par aboutir, avec vos précieuses données, dans un pays lointain, c’est destination décharge.

Mais il y a une bien meilleure solution : FCM offre le service de recyclage et de destruction de données aux institutions et corporations. Les écocentres, ou le réseau de détaillants approuvés sont les endroits où vous pouvez apporter vos équipements électroniques en fin de vie utile tout en sachant qu’ils seront traités convenablement. C’est là qu’intervient FCM Recyclage, ayant son siège social au Québec, FCM Recyclage est un chef de file canadien en matière de recyclage de déchets électroniques tels qu’ordinateurs, téléviseurs, appareils de télécommunication, jeux électroniques et même équipements médicaux et diagnostiques.

Son président, Andrew Rubin, 35 ans, est membre de la Young Presidents Organization. Il a commencé sa carrière comme banquier d’affaires et analyste en fonds spéculatifs en Europe et aux États-Unis avant d’acquérir l’entreprise en 2010, la faisant passer d’un recycleur de produits ferreux et non ferreux à une entreprise pleinement certifiée de traitement de déchets électroniques.

RÉDUIRE VOS DONNÉES EN POUSSIÈRE
FCM Recyclage, qui compte des opérations dans quatre provinces dont deux usines à Lavaltrie, au Québec, se distingue sur deux plans. D’abord, l’entreprise ne fait pas dans la remise à neuf. « Nous détruisons les produits électroniques en fin de vie de manière efficace et responsable, dit M. Rubin, ce qui veut dire que vos données bénéficient de la protection la plus complète qui soit. » Pour en témoigner, les lignes de broyage de FCM, fonctionnant à l’aide d’aimants, de courants de Foucault et de systèmes de tri par induction, sont un spectacle en soi. En bout de ligne, ce n’est pas moins de 99,2 % des matières recyclées qui sont maintenus hors des décharges!

PRÉVENIR L’APOCALYSE DE PLASTIQUE
Produit miracle qu’il était dans les 1960, le plastique jonche aujourd’hui nos paysages, engorge nos sites d’enfouissement et souille nos océans. Ce qui nous mène au deuxième élément différentiateur de FCM : en 2016, l’entreprise est devenue le premier recycleur canadien de déchets électroniques à exploiter une installation de recyclage des plastiques. FCM Polymères recycle le polystyrène et l’ABS (acrylonitrile, butadiène et styrène) générés par le recyclage de déchets électroniques chez FCM, les nettoie, les met en granules et les réintroduit dans le flux des matières ici même en Amérique du Nord.

BOUCLER LA BOUCLE
Si le fait de trouver des débouchés et des usages pour ces produits est un défi en soi, l’indifférence citoyenne l’est tout autant. Au mieux, la moitié des déchets électroniques produits au Canada sont recyclés de manière professionnelle. Mais les jeunes générations, elles, le comprennent. Le recyclage commence à s’imposer dans la conscience collective. Dans ce cas, ce qui est bon pour la planète l’est aussi pour les affaires.

www.fcmrecycling.com