Innovation Hub Canada

CANADA

SOCIÉTÉ DES ARTS TECHNOLOGIQUES (SAT)

SOCIETY + ART + TECHNOLOGY: THE EQUATION EXPLORED BY THE SAT SINCE 1996

SOCIÉTÉ + ART + TECHNOLOGIE, TELLE EST L’ÉQUATION QU’EXPLORE SAT DEPUIS 1996

SAT_MG_2580_sebastien_roy

Starting out as an underground cell, the institution has becme an international reference. The SAT is a crossroads of visionary intelligence, futuristic knowledge, and talents in numerous disciplines.

The atypical institution is intended as a culture laboratory in the digital age, an incubator for sometimes ephemeral, often sustainable practices.

The SAT adapts its creative spaces daily for digital art practitioners and the designers of this enormous toolbox that allows new interconnections between sound, image, and live performance.

Campus SAT is a training space where the knowledge of its community is taught, popularized, and shared collectively.

The SAT is also a performance space for immersive experiences, concerts, exhibitions, symposiums, festivals, meetings, meals and drinks. It’s where multidisciplinary artists, DJs, VJs, instrumentalists and other practitioners of the arts in the digital age come to meet, and curious audiences come to keep up with the great innovations in new artistic practices. Performances fill up most of its spaces and make it an haute culture venue for coveted avant-garde entertainment.

This hybrid mission as a centre for transdisciplinary research, training, creation and performance makes the SAT an absolutely unique organization locally, regionally, nationally, and worldwide.

The elevation of spirit and pleasure collide in a daily dive into the future.

“The more we connect what does not appear to go together, the better the chances are for innovation to take shape.” This is the leitmotif of Monique Savoie, founder, CEO and artistic director of the SAT.

_MG_6444_©SebastienRoy

Over 20 years of immersion
Over time, the creators/researchers at the SAT have developed tools and processes perfectly in line with their time, leading them to arrange innovative universes, both physical and virtual. Le Cyclorama (2003), Le Panoscope (2005) and Le Panodôme (2008) are examples of this ongoing research on the immersive experience which led, notably, to the installation of the first inflatable dome in the Old Port of Quebec as part of the city’s 400th anniversary celebration.

In 2011, the dream of a permanent dome became a reality with the construction of an immersive amphitheatre on the roof of the SAT: since then, the Satosphère has been exclusively dedicated to creation; a place where flagship works from here and elsewhere are projected, shared, and executed.

In this modular dome, measuring 18 m in diameter, the SAT immersion team welcomes creators/researchers every day and continues to make advances in sensorial simulation and the networking of different levels of reality in a public context. This expertise has since been exported around the world, notably as part of several Olympic Games ceremonies. The reputation of the Satosphère has expanded and allowed it to realize its first world tour of immersive fulldome shows, launched in autumn 2018.

Needless to say, the SAT has established itself as one of the pioneering immersive art centres.

Its creative residencies explore concepts born from various practices (music, video, cinema, animation, dance, theatre…) and give rise to always-innovative hybrid approaches. The most accomplished creations are presented publicly in the Satosphère and then archived with ambitious goals of rebroadcast and foreign distribution. Over 200 immersive experiences have been presented in the Satosphère since its inauguration.

Since 2014, this gained experience lead the SAT to annually invite the international immersive art community to come exchange expertise in Montreal during its Symposium iX, reaffirming its desire to increase common knowledge and democratize practices. The network that ensues contributes to expanding the worldwide playground for this promising field.

The creators / researchers
At the SAT, digital creators from here and elsewhere imagine new ways to process content. They collaborate with other artistic disciplines, but above all, they work hand in hand with researchers in computing and design who develop their creative tools within the SAT’s research lab, the Métalab. Over the years, this lab has acquired an undeniable reputation through establishing numerous innovative programs in the fields of telepresence and immersion, allowing it to be recognized as a public research institute of Quebec and an avant-garde laboratory by its peers. These creative programmers base their research on the Unix philosophy and open software, allowing creators/researchers to remain in control of their content in a software environment that adapts quickly to new situations. By sharing the fruits of their labour, they open their tools and work to society, and ensure their sustainability.

Developing new networking scenography
The work Rendez-vous… sur les bancs publics, the SAT’s first audiovisual telepresence experience (networking interaction) was presented in a context of artistic creation in 1999. Telepresence stations linked the public square adjacent to the Musée d’art contemporain in Montréal to Place d’Youville in Quebec, the objective being to connect two locations that had nothing to do with a conference room. Since then, the SAT has continued its research on low latency transmission in media networks, so as to sustain interaction in real time in a live show context.

In 2005, the institution considered creating a network of partners for the development of large-scale telepresence events. Twelve years later, in 2017, it succeeded in interconnecting 22 performance venues throughout Quebec thanks to Scenic stations developed by the Métalab. The SAT’s experience in the field of scenic telepresence has sparked the interest of organizations everywhere, even leading some to adopt the device. Artistic events now push telepresence far beyond mere video conferencing, by granting it a vast diversity of audiovisual approaches.

A methodology to explore new uses of technology

On April 14, 2010, the Society for Arts and Technology [SAT] was recognized as the first Living Lab in North America, a full member of the important European network of Living Labs (ENoLL).

For the SAT, the Living Lab is an open and collaborative methodology, allowing the exploration of new uses of technological, interactive and immersive arts through a process of joint creation and experimentation. The competences and creativity of the SAT’s researchers/programmers are tied to the needs of the user.
 
In this vein, we note the initial collaboration between the SAT and the CHU Sainte-Justine hospital aiming to humanize hospital care. Between 2012 and 2016, four innovative projects were established to facilitate interaction between young patients and medical staff. To do this, the two institutions conjointly generated therapeutic immersive content to raise awareness amongst parents at risk for domestic accidents, and to reduce the perception of pain in children who’ve suffered serious burns.
 
This approach remains an issue of creativity for several projects and services put forward at the SAT, which promotes the research conducted by its Métalab and the conception and development of innovative applications of its technologies.
 

Our most recent project, to name a compelling example, is a telepresence device aiming to connect public libraries and promote long-distance meetings and knowledge sharing. This project was conducted in collaboration with libraries of the City of Montreal and its users (library staff, residents and facilitators).

International
The SAT has succeeded in securing several notable international partnerships, starting with La Gaîté Lyrique in Paris, in effect from 2016 to 2022. Furthermore, the very vocation of gathering art and technology and societal issues is synonymous with innovation. The SAT’s mission undoubtedly remains to contribute audaciously to the emergence of emblematic forms of digital culture. Who knows to which space-time it will teleport us through stimulating exchanges, meetings, labour and games.

Awards and recognition
• Ex-æquo winner at the 2007 OCTAS in the “Digital arts” category for the project “Catch & Run | Panoscope 360” by Luc Courchesne and Guillaume Langlois.
• 2008 OCTAS prize winner in the category of “IT in culture, education, or media sectors” with the project “Station de téléprésence 2.0”.
• Recognized, in April 2010, as the first “Living Lab” in North America, full member of the important European Network of Living Labs (ENoLL).
• 2012 OCTAS prize winner in the category of “IT in culture, education, or media sectors” for the Labodôme and the Satosphère.
• May 18, 2016, Award for excellence in digital media in Quebec – NUMIX, in the categories of Cultural production and Experimental production, for the immersive audiovisual performance Entropia

Flying_Lotus_MG_9162_sebastien_roy

Cellule «underground» à ses débuts, l’institution est aujourd’hui une référence internationale. La SAT est un carrefour d’intelligences visionnaires, de savoirs futuristes, de talents issus de moult disciplines.

Institution atypique, elle se veut un laboratoire de la culture à l’ère numérique, incubateur de pratiques parfois éphémères, souvent pérennes.

Quotidiennement, la SAT aménage des espaces de création aux praticiens de l’art numérique, aussi aux concepteurs de cette immense boîte à outils permettant de nouvelles interconnexions entre son, image et performance vivante.

Son Campus SAT est un lieu de formation où les connaissances de sa communauté sont enseignées, vulgarisées, partagées collectivement.

La SAT est également un lieu de diffusion pour les expériences immersives, concerts, expositions, symposiums, festivals, rencontres, repas et apéros. Artistes multidisciplinaires, Djs, Vjs, instrumentistes et autres praticiens de l’art à l’ère numérique s’y donnent rendez-vous et y mobilisent des auditoires curieux qui viennent y prendre le pouls des grandes innovations au chapitre des nouvelles pratiques artistiques. Les représentations y occupent la majorité de ses espaces et en font un lieu de haute culture et de divertissement avant-gardiste on ne peut plus prisé.

Cette mission hybride de centre de recherche, formation, création et diffusion transdisciplinaires font de la SAT un organisme absolument singulier sur les cartes locale, régionale, nationale, mondiale.

L’élévation de l’esprit et le plaisir s’y confondent dans une plongée quotidienne vers l’avenir, inutile de l’ajouter.

Plus de 20 ans d’immersion
Au fil du temps, les créateurs/chercheurs de la SAT ont développé des outils et procédés en phase parfaite avec leur époque, les menant à aménager des univers inédits, tant physiques que virtuels. Le Cyclorama (2003), Le Panoscope (2005) et Le Panodôme (2008) sont parmi les exemples de cette recherche continue de l’expérience immersive, ce qui a entre autres mené à la mise en place d’un premier dôme gonflable érigé au bassin Louise du Vieux-Port de Québec dans le cadre des célébrations du 400e de la Ville.

En 2011, le rêve d’un dôme permanent est devenu réalité avec la construction d’un amphithéâtre immersif sur le toit de la SAT : depuis lors, la Satosphère est exclusivement dédié à la création, des oeuvres phares d’ici et d’ailleurs y sont projetées, diffusées, exécutées.

Dans ce dôme modulaire de 18m de diamètre, l’équipe d’immersion de la SAT accueille jour après jour les créateurs/chercheurs et poursuit ses avancées sur la simulation sensorielle et sur le maillage des différents niveaux de réalités en contexte public. Cette expertise a depuis été exportée à travers le monde, notamment dans le cadre des cérémonies de plusieurs JO. La réputation de la Satosphère s’est étoffée jusqu’à la concrétisation d’une première tournée mondiale de spectacles immersifs pour dôme, SAT Circuit, lancée à l’automne 2018.

Aurez-vous déduit que la SAT s’est imposée parmi les centres pionniers de l’art immersif.

Ses résidences de création y font voyager les concepts nés de pratiques variées (musique, vidéo, cinéma, animation, danse, théâtre…) et donnent lieu à des approches hybrides toujours novatrices. Les plus achevées d’entre elles sont présentées publiquement dans la Satosphère et sont ensuite archivées avec d’ambitieux objectifs de rediffusion et de distribution à l’étranger. Plus de 200 expériences immersives ont ainsi été présentées dans la Satosphère depuis son inauguration.

Depuis 2014, cette expérience acquise a conduit la SAT à convier annuellement la communauté internationale de l’art immersif à venir échanger les expertises à Montréal, lors de son Symposium iX, réaffirmant son désir de hausser le savoir commun et de démocratiser les pratiques. Le réseautage qui s’ensuit contribue à accroître l’aire de jeu planétaire pour ce domaine si prometteur.

« Plus on lie ce qui a priori ne semble pas aller ensemble, plus il y a de chances que l’innovation prenne forme. » Voilà le leitmotiv de Monique Savoie, fondatrice, PDG et directrice artistique de la SAT.

Exterieur_SAT

Les créateurs / chercheurs
Créateurs numériques d’ici et d’ailleurs imaginent à la SAT de nouvelles manières de traiter les contenus. Ils collaborent avec d’autres disciplines artistiques, mais surtout ils travaillent main dans la main avec les chercheurs en informatique et en design qui développent leurs outils de création au sein du laboratoire de recherche de la SAT, le Métalab. Ce dernier a acquis une notoriété incontestable par la mise sur pied de nombreux programmes novateurs dans les domaines de la téléprésence et de l’immersion, au fil des années, qui lui ont permis de se faire reconnaître comme institut de recherche public du Québec et comme laboratoire d’avant-garde par ses pairs. Ces programmeurs créatifs basent leurs recherches sur la philosophie d’Unix et du logiciel libre, permettant aux créateurs/chercheurs de rester maître de leur contenu dans un environnement logiciel qui s’adapte rapidement aux nouvelles situations. En offrant le fruit de leur travail, ils favorisent l’ouverture vers la société tout en assurant la pérennité des outils et des oeuvres.

Développer des nouvelles scénographies en réseau
L’oeuvre Rendez-vous… sur les bancs publics, première expérience de téléprésence audiovisuelle (interaction en réseau) de la SAT diffusée dans un contexte de création artistique, fut présentée en 1999. Des stations de téléprésence avaient alors relié la place publique adjacente au Musée d’art contemporain à Montréal et la Place d’Youville à Québec, l’objectif étant de connecter deux lieux qui n’avaient strictement rien à voir avec quelque salle de conférence. Depuis lors, la SAT poursuit ses recherches sur le transport basse latence en réseau médiatique, de manière à soutenir l’interaction en temps réel dans le contexte du spectacle vivant.

En 2005, l’institution envisageait de créer un réseau de partenaires pour le développement d’événements en téléprésence à grande échelle. Douze ans plus tard, soit en 2017, elle réalisait l’interconnexion de 22 salles de spectacles à travers le Québec grâce aux stations Scenic mises au point par le Métalab. L’expérience de la SAT au domaine de la téléprésence scénique a mené des organismes de partout à s’intéresser au dispositif ou même l’adopter. Désormais, des événements artistiques conduisent la téléprésence bien au-delà de la simple vidéoconférence, en y conférant une grande diversité d’approches audiovisuelles.

Une méthodologie pour explorer les nouveaux usages des technologies
Le 14 avril 2010, la Société des arts technologiques [SAT] fut reconnue comme le premier Living Lab (laboratoire vivant) en Amérique du Nord, membre à part entière de l’important réseau ENoLL (European network of Living Labs).

Pour la SAT, le Living Lab est une méthodologie ouverte et collaborative, permettant l’exploration de nouveaux usages des arts technologiques, interactifs et immersifs à travers un processus de création commune et d’expérimentation. Dans cette optique, les compétences et la créativité des chercheurs-programmeurs de la SAT s’arriment aux besoins des usagers.

Monique_Savoie_photo_HI-REZ_

À ce titre, soulignons la collaboration initiale entre la SAT et le CHU Sainte-Justine avec pour objectif l’humanisation des soins en milieu hospitalier. Entre 2012 et 2016, quatre projets innovants ont été mis sur pied afin de faciliter l’interaction entre les jeunes patients et le personnel médical. Pour ce faire, les deux institutions ont ensemble généré du contenu immersif à vocation thérapeutique pour ensuite sensibiliser les parents aux risques d’accidents domestiques, ou encore réduire la perception de la douleur chez les grands brûlés en bas âge.

Cette approche demeure un enjeu de créativité pour plusieurs projets et services mis de l’avant à la SAT, ce qui de facto valorise les recherches réalisées par son Métalab et favorise la conception et le développement d’applications innovantes de ses technologies. Notre réalisation la plus récente, pour citer un exemple probant, est un dispositif de téléprésence dont l’objet est de relier les bibliothèques publiques et d’y favoriser les rencontres et le partage de connaissance à distance. Ce projet fut mené en collaboration avec les bibliothèques de la Ville de Montréal et ses usagers (personnel de bibliothèque, citoyens et animateurs).

International
La SAT a su sceller plusieurs partenariats notables à l’international à commencer par la co-gestion de la Gaîté Lyrique de Paris en vigueur de 2016 à 2022.

Photo: Monique Savoie, Présidente, directrice générale et artistique, fondatrice de la SAT devant la Gaîté Lyrique de Paris, octobre 2018.

En outre, vous aurez saisi qu’en soi la vocation de réunir l’art et la technologie sur des enjeux de société est synonyme d’innovation. Le pari de la SAT demeurera sans nul doute de contribuer de façon audacieuse à l’émergence des formes emblématiques de la culture numérique. Qui sait dans quel espace-temps elle saura nous téléporter au gré d’échanges, de rencontres, de labeurs autant que de jeux.

Prix et distinctions
• Lauréate ex-æquo aux OCTAS 2007 dans la catégorie “Arts numériques” pour le projet “Catch & Run | Panoscope 360” de Luc Courchesne et Guillaume Langlois.
• Prix OCTAS 2008 dans la catégorie “Les TI dans les secteurs culturel, éducatif ou médiatique” avec le projet “Station de téléprésence 2.0”.
• Reconnue, en avril 2010, premier « Living Lab » en Amérique du nord, membre à part entière de l’important réseau ENoLL, (European Network of Living Labs)
• Le 2 juin 2012, la SAT s’est vu décerner le Prix OCTAS 2012 dans la catégorie “TI dans les secteurs culturel, éducatif ou médiatique” pour le Labodôme et la Satosphère.
• 18 mai 2016, Prix d’excellence des médias numériques du Québec – NUMIX, catégorie Production culturelle, Production expérientielle, attribué à la performance audiovisuelle immersive Entropia

1201, Blvd St-Laurent, Montréal
(+1) 514-844-2033
info@sat.qc.ca
sat.qc.ca