Innovation Hub Canada

CANADA

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

With its roots in Montreal and its sights set on the world, Université de Montréal ranks amongst the main research universities worldwide. It is the leading French-speaking university in Canada, and one of the very best French-speaking universities
globally.

At Université de Montréal, innovation is at the heart of research and education. Our Institute for Data Valorization (IVADO) conducts leading edge research in artificial intelligence. The MILA institute is a world leader in deep learning and neural networks. At university level, the Innovation Lab brings together researchers from the whole university and its affiliate schools HEC and Polytechnique. The Lab builds interdisciplinary bridges, in order to reach a critical mass around four major themes: (i) from data to action in health, (ii) understanding and creating, creating to understand, (iii) building a sustainable future and (iv) life rethought.

6
4

For Université de Montréal, innovation is a matter not just for natural and health sciences, but also for social sciences, humanities and arts. Graduates from across the whole university are active in the firms and organizations featured in this book. Indeed, innovation is more than science and technology. It is a social and economic phenomenon that can only be understood in its broader context. Against that background, researchers from the whole university led a larger group of scientists in the conception and release of the Montreal Declaration for a Responsible Development of Artificial Intelligence in 2018.

Within Université de Montréal, the Law Faculty is a long-standing pioneer in research on the interplay between law, science, technology and innovation, in Canada and worldwide. It counts a number of research chairs in this area, within its two major research centres, the Centre de recherche en droit public (CRDP) and the Centre de droit des affaires et du commerce international (CDACI). The Faculty also houses many cutting-edge initiatives relating to the integration of innovations into law, among which the Cyberjustice Laboratory and the Health Hub: Politics, Organizations and Law (H-POD). Its research staff includes many top-level researchers in this area, including Profs. Karim Benyekhlef, Julie Biron, Vincent Gautrais, Ysolde Gendreau, Pierre Larouche, Hervé Prince, Catherine Régis, Stéphane Rousseau, Pierre Trudel and Nicolas Vermeys.

In 2017, the Law Faculty launched its Innovation, Science, Technology and Law (ISTD) variant within its PhD programme. Within the ISTD variant, PhD candidates can carry out fundamental research in an interdisciplinary and transnational context, on topical issues such as the use of AI in law; social innovation and natural resource management; the legal framework for smart cities; regulation of FinTech; legal problems in connection with connected mobility and the Internet of Things; or the legal implications of personalized medicine, to name but a few. A unique educational component has been designed especially for this programme. When combined with the PhD work, graduates
will go on to careers in other institutions of higher learning, in the private sector, in public authorities or in a non-governmental organisation. There they will play a central role in innovation and its socioeconomic context.

“We live in an unprecedented era”, it is often said, so we need not worry about history. Innovation, we are told, is unleashed at such a fever pace that it sends our societies rushing into the unknown, into a world that bears no resemblance to the one where previous generations lived. Some see this as a good thing, others are far less enthusiastic.

In reality, innovation is far more rooted into our society that these commentators want to believe. Innovation cannot be reduced to a disembodied technological phenomenon, that would systematically upturn and overcome every obstacle in its wake. For sure, innovation starts with an invention, a new idea, which can be of a technical, commercial, organisational or social nature. That invention means nothing, however, if it is not diffused within our society, if it is not adopted by individuals and organisations that find it beneficial. Only then can we speak of innovation. Innovation is therefore a fundamentally social phenomenon.

35631943731_067b6bcea1_o

What we are experiencing today, following the advent of the Internet and the boom in the digital economy, comes down to a democratization of innovation. Large-scale complex “ecosystems” are born, where innovators can focus on a niche, a module, and more easily bring their ideas to the public without having to change the rest of the ecosystem. The converged IT sector offers the prime example of such an ecosystem. Energy, transport and health care, to name but the main ones, are now following in the footsteps of IT. The firms and organisations featured in this book innovate in their respective ways and thereby contribute to the amazing vitality of these ecosystems.

We feel that we are lurching into the unknown because of the fluidity inherent in these ecosystems: before we know it, an invention is adopted and thus an element in the ecosystem is replaced or renewed, and then comes the next innovation, and the next one, seemingly at random. In fact, we are leaving a more managed innovation model, such as ruled over most of the 20th century, and we are going back to a more spontaneous innovation space, as it prevailed more than a century ago, in an era that also underwent massive change.

For our society, heading towards more unpredictable, more chaotic innovation requires more flexibility in our politics and our laws. Many innovations improve our lot, but some do not, hence the need to keep some critical distance and acknowledge that “bad innovation” can exist. Because of its impact on society, innovation forces us to question our assumptions: which social objectives are we pursuing? In which way does innovation contribute to the achievement of these objectives, or does not? If innovation upends existing structures, are there other means for society to realize its socio-political aims, besides the traditional solutions enshrined in our laws and institutions? Public authorities must also be willing to innovate.

39656077114_ac6b9b790a_o

At the end of the line, it comes as no surprise that innovation flourishes in dynamic societies. In these societies, freedom of action leaves room for innovation to blossom in all its unpredictability. Next to freedom of action, a willingness to engage into critical self-assessment allows these societies to absorb the impact of innovation while continuing to pursue their policy objectives. The city of Montreal, and its region, stand out among these dynamic societies, as this book shows. May they remain an innovation hotbed for the longest time!

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l’Université de Montréal compte parmi les grandes universités de recherche dans le monde. C’est la première institution francophone au Canada et une des meilleures universités francophones au monde.

L’innovation est au coeur des activités de recherche et d’enseignement de toute l’Université. L’Institut de valorisation des données (IVADO) est à la fine pointe de la recherche en intelligence artificielle, et l’institut MILA se spécialise dans l’apprentissage profond et les réseaux neuronaux. Le Laboratoire d’innovation de l’Université regroupe des chercheurs en provenance de toute l’Université et de ses écoles affiliées HEC et Polytechnique, pour tisser des liens interdisciplinaires et créer une masse critique autour de quatre thèmes fédérateurs : (i) des données à l’action en santé, (ii) comprendre pour créer, créer pour comprendre, (iii) construire l’avenir durablement et (iv) la vie repensée.

Pour l’Université de Montréal, l’innovation est un thème qui touche non seulement les facultés de sciences naturelles et de la santé, mais aussi et tout autant les facultés de sciences humaines et sociales ou d’art. Nos finissants de toutes les facultés se retrouvent dans les entreprises et les organismes mentionnés dans ce livre. En effet, l’innovation va bien au-delà de la science et de la technologie, c’est un phénomène social et économique qui ne peut être compris que dans un contexte plus large. C’est dans cet esprit que des chercheurs couvrant toute la gamme des connaissances florissant à l’Université de Montréal ont mené un groupe de scientifiques à concevoir et proposer la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, en 2018.

1

PIERRE LAROUCHE

Au sein de l’Université de Montréal, la Faculté de droit compte depuis longtemps parmi les pionniers canadiens et mondiaux de la recherche sur l’interface entre le droit, la science, la technologie et l’innovation. Elle compte plusieurs chaires de recherche en la matière, au sein de ses deux grands centres de recherche, le Centre de recherche en droit public (CRDP) et le Centre de droit des affaires et du commerce international (CDACI). La Faculté abrite plusieurs initiatives de pointe sur l’intégration de l’innovation et du droit, dont le Laboratoire de Cyberjustice et le Hub santé : Politique, organisation et droit (H-POD). Elle compte de nombreux chercheurs réputés en ce domaine, dont
les professeurs Karim Benyekhlef, Julie Biron, Vincent Gautrais, Ysolde Gendreau, Pierre Larouche, Hervé Prince, Catherine Régis, Stéphane Rousseau, Pierre Trudel et Nicolas Vermeys.

En 2017, la Faculté a lancé une option en Innovation, Science, Technologie et Droit (ISTD) au sein de son programme doctoral. Au sein de l’option ISTD, les doctorants peuvent poursuivre des recherches approfondies, dans un contexte interdisciplinaire et transnational, sur des thèmes de pointe tels que l’usage de l’intelligence artificielle en droit; l’innovation sociale et la gestion des ressources naturelles; le cadre juridique des cités intelligentes; la réglementation de la FinTech; les problèmes juridiques reliés à la mobilité connectée et l’Internet des objets; ou encore les implications juridiques de la médecine personnalisée, pour n’en nommer que quelques-uns. Après avoir suivi un cursus académique unique, conçu spécifiquement pour ce programme, et avoir complété leur doctorat, les finissants et finissantes pourront essaimer dans d’autres institutions d’enseignement supérieur, ou alors se joindre à l’entreprise, à une autorité publique ou à un organisme de la société civile pour y jouer un rôle de premier plan dans l’innovation et dans son contexte socio-économique.

On entend souvent dire que nous vivons dans une époque sans précédent, ce qui justifierait de ne pas se préoccuper de l’histoire. L’innovation, dit-on, a atteint un rythme tel qu’elle propulse nos sociétés vers l’inconnu, vers un monde qui ne ressemble en rien à celui où les générations précédentes ont évolué. Certains y voient une bonne chose, d’autres sont moins enthousiastes.

En fait, l’innovation est beaucoup plus liée à notre société qu’on ne le pense. C’est une vision réductrice que de ramener l’innovation à la simple invention technologique, qui bouleverserait tout sur son passage sans égard à son environnement. L’innovation, c’est bien sûr une invention, une nouvelle idée – qu’elle soit technique, commerciale, organisationnelle ou sociale – mais cette invention n’est rien si elle n’est pas diffusée au sein de notre société, si elle n’est pas adoptée par des individus et des organismes qui y trouvent un bénéfice. Ce n’est qu’à ce moment qu’on peut véritablement parler d’innovation. L’innovation est donc profondément ancrée dans la société.

Ce que nous vivons aujourd’hui, dans la foulée de l’essor de l’Internet et de l’explosion de l’économie numérique, c’est un peu la démocratisation de l’innovation, la naissance de vastes « écosystèmes » plus complexes, où il est plus facile de présenter une nouvelle
idée au public, de tenter d’innover sur un élément, sur un module. Les technologies de l’information sont déjà devenues un écosystème, et des secteurs tels l’énergie, le transport ou la santé les suivent de près. Les entreprises et des organismes réunis dans ce livre innovent et contribuent à leur manière à la vitalité incroyable de ces écosystèmes.

C’est la fluidité de ces écosystèmes, la rapidité avec laquelle une invention peut être adoptée, et ainsi provoquer un changement au sein d’un élément de l’écosystème ou un autre, qui nous donne l’impression d’aller vers l’inconnu. En réalité, nous passons d’un modèle d’innovation plus gérée, qui a régné sur le 20e siècle, vers un modèle d’innovation plus spontané, tel qu’il prévalait il y a plus de cent ans, à une époque qui a aussi vécu des changements radicaux.

Pour la société, le retour vers une innovation plus imprévisible et plus chaotique demande plus de flexibilité en politique et en droit. Plusieurs innovations contribuent à l’avancement de notre société, mais certaines non, d’où la nécessité de garder une certaine distance critique.

L’innovation, de par son impact sur la société, force une remise en question des certitudes : quels objectifs visons-nous en tant que société? En quoi l’innovation contribue-t-elle ou non à ces objectifs? Si l’innovation bouleverse les structures en place, y a-t-il d’autres manières de réaliser nos objectifs socio-politiques que les solutions traditionnelles qui sont enchâssées dans notre droit et nos institutions? Les
autorités publiques doivent aussi se montrer innovantes.

En fin de compte, ce n’est pas surprenant que l’innovation fleurisse dans les sociétés dynamiques, qui se distinguent à la fois par une liberté d’action, qui donne libre jeu à l’imprévisibilité de l’innovation, et par une capacité à se remettre en question, afin de pouvoir absorber l’impact de l’innovation et continuer à poursuivre des objectifs politiques. La ville et la région de Montréal ressortent du lot à cet égard, comme en fait preuve cet ouvrage. Qu’elles continuent de demeurer un foyer d’innovation encore longtemps!

www.umontreal.ca